"Sans une réaction ferme, ce genre d'épisode pourrait arriver à nouveau", poursuit-il.

Pour le biologiste, ces fuites d'hydrocarbures sont particulièrement nocives "pour les écosystèmes côtiers: les plages, la mangrove et les récifs coralliens, qui sont très vulnérables au contact du pétrole".