MICROSOFT VEUT METTRE LE BIG DATA AU PROFIT DE LA BIODIVERSITÉ Spécial

Écrit par  Avr 25, 2020

Après son plan climat, Microsoft dévoile son plan biodiversité. Baptisé "Planetary Computer", celui-ci est axé sur l’analyse de larges volumes de données environnementales pour mieux comprendre la situation et agir. Des outils qui seront également mis à disposition des partenaires, entreprises et scientifiques.

La préservation biodiversité est essentielle. Et les entreprises ont un rôle à jouer. C’est l’avis de Brad Smith, le PDG de Microsoft. En pleine crise du coronavirus, et quelques mois après avoir annoncé son engagement pour une empreinte carbone négative, le géant du numérique vient de lancer "Planetary Computer" (l'ordinateur planétaire), un projet qui vise à aider à la protection des écosystèmes et qui complète le programme plus large "AI on Earth" (L'intelligence artificielle pour la Terre) lancé en 2017.

Sachant que la biodiversité est aussi "cruciale pour notre santé et notre prospérité (…) il devrait être aussi facile pour quiconque dans le monde de rechercher l'état de la planète que de rechercher sur Internet des itinéraires ou des restaurants. Nous devons utiliser l'architecture de l'ère de l'information - données, calcul, algorithmes... - pour accélérer un avenir plus respectueux de l'environnement", assure ainsi Brad Smith sur son blog.

Le big data pour prendre les bonnes décisions

Planetary Computer regroupera et analysera, grâce au machine learning, des données environnementales à l'échelle planétaire, qui seront ensuite mises à disposition d’organisation ou d’entreprises prenant des décisions impactant l’environnement. Concrètement, la plateforme fournira des images satellites ou des données de pointe qui pourront aider les gestionnaires forestiers et les ONG à avoir une vue intégrée de la santé des forêts, à moindre coût. Les entreprises pourraient aussi utiliser ces modélisations dans le cadre de projets industriels et les urbanistes et les agriculteurs pourraient bénéficier de données précises et précieuses sur la gestion de la ressource en eau.

Autre volet du plan, devenu classique chez les entreprises : la compensation. D’ici 2025, Microsoft déclare qu’il compensera son impact direct sur les écosystèmes en protégeant, d'ici 2025, plus de superficie terrestre que Microsoft n'en utilise pour la conduite de ses activités, notamment via le financement de zones naturelles protégées. Peu de mesures sont décrites en revanche sur les actions de réduction de sa  propre empreinte biodiversité, notamment concernant les 4 000 hectares de terres qu'elle utilise via ses différents sites.

L’entreprise assure enfin qu’elle utilisera sa voix en faveur de politiques de préservation de la biodiversité et des écosystèmes à l'échelle locale et internationale. On attend donc ses positions lors des grands événements à venir comme la COP15 Biodiversité décalée à 2021 mais aussi sur le détricotage des normes environnementales par le président américain.

NVTC

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. Magazines
  2. Communiqués
  3. Plus lus
CONTACTEZ-NOUS

QUOI DE VERT, le Magazine du Développement Durable
Edité par African Résilience Communication (ARC)


Adresse : Cité APECSY 1 LOT N°222 –NORD FOIRE

TEL : 77 682 18 48 / 77 646 77 49 /77 614 05 04 /76 013 33 54

Email : redaction@quoidevert.com ; quoidevert@gmail.com