[Coup de chaud] Quand le changement climatique fait griller la planète Spécial

Écrit par  Aoû 13, 2019

En 2019, les effets du changement climatique ont prouvé leur réalité, affectant l'environnement, tout autant que l'économie, la politique, la finance... et la rue. Cette semaine, Novethic revient sur ces derniers mois qui ont mis en lumière l'urgence planétaire. Aujourd’hui, focus sur les sécheresses et incendies qui se multiplient sur la planète.

Au Groenland, en Ontario ou en Alaska, l’Arctique s’enflamme… Depuis le début de l’été ces régions peu connues pour leurs hautes températures s’embrasent pourtant bien plus intensément qu’à l’accoutumée du fait d’une sécheresse inhabituelle. Rien qu’en juin, ces incendies, très difficiles à contrôler ont émis 50 mégatonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, soit les émissions annuelles de la Suède. 

Loin d’être anecdotiques, ces incendies sont symptomatiques de l’accélération du réchauffement climatique, cette partie du monde se réchauffant deux fois plus vite que la planète dans son ensemble. "Ces conditions plus chaudes favorisent la croissance et la persistance des incendies une fois qu’ils ont été allumés", explique ainsi un chercheur de l’Organisation météorologique des Nations unies, Mark Parrington.

Et le cercle vicieux se met en branle... La suie et les cendres issues de ces incendies accélèrent la fonte des glaces de l'Arctique et celle du permafrost, cette couche gelée en permanence et qui fond bien plus vite que prévu, avec 70 ans d’avance par rapport aux prévisions scientifiques. En fondant, le permafrost libère en grande quantité le carbone ainsi que le méthane jusque-là emprisonné dans la glace.

Le tour du monde des records de chaleur

Les cercles polaires ne sont pas les seuls touchés. Les sécheresses et incendies géants se multiplient partout sur la planète, à la faveur notamment des épisodes caniculaires de plus en plus fréquents et intenses. En 2019, les feux ont été particulièrement meurtriers, notamment en Californie.

L'Europe est loin d’être épargnée. Le Portugal est en proie à des incendies dévastateurs depuis des années. En France, lors du dernier épisode caniculaire fin juillet, ce sont des régions habituellement peu concernées par les feux - la Normandie, le Centre, les Hauts-de-France et la Lorraine - qui ont vu plusieurs milliers d’hectares de cultures partir en fumée. Des températures records y ont été enregistrées, tout comme en Belgique, en Allemagne ou aux Pays-Bas, trois pays qui ont connu des pics de chaleur à plusieurs degrés au-dessus de 40°C.

Plus tôt dans l’année, c’étaient l’Australie, le Pakistan, le Moyen Orient ou l’Inde qui suffoquaient sous des températures pouvant grimper jusqu’à 50°C. Et cela n’est pas fini, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), qui prédit d'autres épisodes d'ici la fin de l'année.

Novethic

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. Communiqués
  2. Plus lus
  3. Magazines

Error: No articles to display

Contenu bientôt disponible