Quatrième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement - Déclaration du Ministre de l’Environnement et du Développement durable, Professeur Mame Thierno DIENG

Mar 19, 2019

one planet summitMonsieur le Président,
Chers collègues, distingués invités,
Le thème de cette présente session nous interpelle tous directement car intrinsèquement lié à l’urgence fondamentale de sauver notre planète en souffrance, et pour cela c’est un thème récurrent.

Déjà en 1968, l’écologue américain, Feu Garret Hardin, en décrivant la « tragédie des biens communs » avait démontré que l’humanité courait à sa perte par l’utilisation souvent désastreuse des ressources naturelles que nous offre notre planète.

Vous conviendrez avec moi que cette assertion datant d’un demi-siècle reste pertinente dans le contexte actuel de recherche effrénée du profit, de raréfaction des ressources naturelles et d’augmentation des externalités négatives. Nous sommes ainsi arrivés à un stade où la capacité de charge des différents milieux naturels est pratiquement dépassée.

En outre, le gaspillage alimentaire, observé chez une infime partie de la population mondiale, est opposable à la consommation insuffisante de la majorité, y compris les couches les plus vulnérables qui n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins nutritionnels élémentaires.

Il nous faut agir impérativement et changer de paradigme !

Mesdames et Messieurs,
La diminution de notre empreinte écologique ne peut se faire que par une modification de nos modes de consommation et de production. Il devient, dès lors, nécessaire de promouvoir le développement économique sans compromettre les ressources naturelles dont la surexploitation se fait au détriment de l’intérêt collectif.

N’oublions pas que nous sommes toutes et tous les garants de la promesse faite aux générations futures depuis RIO + 20, de mettre en place des instruments, des mécanismes pour une consommation et une production raisonnables, respectueuses de l’environnement et de l’ensemble des richesses de notre planète.

Et pour cela, nous nous devons de regarder avec lucidité les défis qui nous attendent au regard du Programme de Développement des Nations unies pour l’horizon 2030 et des documents de planification de nos Etats respectifs.

Le Sénégal s’est inscrit dans un processus d’intégration des principes du développement durable dans la mise en œuvre des Politiques et Programmes de Développement. Nous sommes particulièrement engagés dans la lutte contre la déforestation, l’érosion côtière, la pollution de l’air, les déchets plastiques, et l’amélioration de la gestion de nos ressources naturelles aussi bien dans le domaine marin que dans l’extraction minière. C’est dans cet esprit que nous apportons notre soutien à la déclaration ministérielle qui sera adoptée au cours de cette session.

Pour conclure, je voudrais rappeler que les défis sont nombreux et exigent une mobilisation de toutes les parties prenantes, un devoir de vigilance et de responsabilité afin de traduire les engagements pris en actes concrets visant notamment à éradiquer la pauvreté, par une meilleure gestion de la biodiversité et des ressources naturelles, adossée au transfert de technologies appropriées et au renforcement des capacités pour le bien être des générations actuelles et futures.

Mesdames et Messieurs, Je vous remercie de votre aimable attention.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. Communiqués
  2. Plus lus
  3. Magazines

Contenu bientôt disponible