Haute Mer : Des enjeux supérieurs aux affaires de pêche !

Écrit par  Aoû 06, 2019

Une commission internationale sur les océans avait été lancée le 12 février 2013 à Londres pour travailler sur une réforme du droit de la mer et lutter contre la surpêche en haute mer... La Commission Océan Mondial (Global Ocean Commission) était née ! Elle a notamment proposé d'interdire la pêche en haute mer (au delà des 200 milles marins). Elle ciblait tout particulièrement la pêcherie de thon tropical ! (4)

La Commission Océan Global soutenue par les fondations Pew Charitable Trusts, Adessium et Oceans 5, n'existe plus depuis février 2016 ! (3) Par contre, le travail de sape de cette commission internationale contre la pêche en Haute mer reste ancré dans les esprits ! Alors qu'en septembre 2018, débutera la négociation d'un instrument juridique international pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité en haute mer, au siège des Nations unies à New York.Les enjeux de cette négociation dépassent le cadre de la pêche ; ils concernent l'exploitation des ressources océaniques, minérales, pétrolières et autres à des fins industriels, pharmaceutiques, biotechnologiques, énergétiques,...


Lire : En échange de "pacotilles" s'ouvrent les fonds marins recélant de fabuleuses richesses !


Haute Mer. Terrorisme et Surpêche sans frontières

 

Quand François Hollande part en guerre dans le Sahara malien... C’est pour arrêter la progression du terrorisme. « Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là lorsqu’il s’agit non pas de ses intérêts fondamentaux mais des droits d’une population, celle du Mali, qui veut vivre libre et dans la démocratie. » (1)

Le Sahara et la Haute mer se ressemblent ; ils sont classés dans les « déserts biologiques ». Pauvres en vie mais potentiellement riches en ressources minérales et énergétiques,... Bien sûr, la vie émerge de-ci de-là sous la forme d’oasis ou de fumerolles. (2)

Du mauvais usage du mot « surpêche »

 

L’idée martelée d’une guerre à la « surpêche » conduit à un contresens qui masque toute réalité locale, sociale ou politique.

 

L’Europe est, nous dit-on, engagée avec la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) dans une guerre à la « surpêche ». Depuis la sortie du livre vert, il n’est pas un discours de Maria Damanaki sans que le mot « surpêche » soit répété avec insistance. On voit bien l’intérêt de cette formulation. Elle fait consensus, et elle évite de se poser les questions de fond. Après douze années de propagande, le spectre d’une « surpêche » sans frontières s’est répandu dans l’opinion.

 

Ce sont les néoconservateurs américains et les dirigeants israéliens qui ont fait, au cours des dernières années, un usage surabondant de ce concept. Dans leur discours, le « terrorisme » (ou la « surpêche ») a un avantage : il évacue toute réalité locale, sociale ou politique. Les mouvements palestiniens qui ont commis des attentats ne l’ont pas fait parce que leur revendication nationale n’est pas entendue, mais parce qu’ils sont « terroristes »...

 

A l’origine ce texte tiré du magazine Politis a pour titre : Du mauvais usage du mot « terrorisme ». Remplacer « terrorisme » par « surpêche » et quelques petits rajouts - réforme de la politique commune de la pêche (PCP), Maria Damanaki, livre vert – le texte reste très fluide... « Terrorisme » et « Surpêche » sont interchangeables ! A l'évidence, l'utilisation avec insistance des mots « terrorisme » et « surpêche » a le même objectif : Eviter de se poser les questions de fond et évacuer toute réalité locale, sociale ou politique....

 

Création d'une commission internationale sur les océans

 

La commission internationale sur les océans a été lancée le 12 février 2013 à Londres pour travailler sur une réforme du droit de la mer et lutter contre la surpêche...

 

"Les ressources halieutiques des océans sont surexploitées tandis que la pêche en haute mer, au delà de 200 milles nautiques, n'est soumise à aucune réglementation...." affirme un représentant de la commission.Ce qui est faux ! Lire : ORGP. Conférence en direct sur les Organisations Régionales de Gestion de la Pêche  (qui concernent la gestion des pêcheries en haute mer)

 

Quand d'anciens membres de gouvernement comme l'ex-ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband, créent la commission internationale sur les océans le 12 février 2013.... C’est pour travailler sur une réforme du droit de la mer et lutter contre la surpêche en haute mer...

 

Pourquoi lier ces deux évènements me direz-vous ?

Jean-Paul Michel : Stratège militaire français


Soutien de la Commission Internationale des Océans, la fondation étatsunienne PEW Charitable Trusts a fait rentrer dans ses rangs Jean-Paul Michel, un ancien militaire Français, spécialiste de la stratégie.

Cette personne a été recrutée pour sa connaissance des rouages de l'administration française en vue  des actions de Pew dans les eaux ultra périphériques françaises (Polynésie et Nouvelle-Calédonie)

 

La Commission Océan Mondial ("global ocean commission" en anglais) (3) débutera ses travaux en mars 2013 au Cap (Afrique du Sud) et publiera des recommandations début 2014, avant le début des discussions à l'ONU sur la protection de la biodiversité des océans, indique-t-elle dans un communiqué.

 

Feront notamment partie de cette instance l'ex-ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband, l'ex-président du Costa-Rica José Manuel Figueres, l'ancien Premier ministre du Canada Paul Martin, l'ex-ministre de l'Environnement espagnol Cristina Narbona, Ratan Tata ex-dirigeant du conglomérat indien Tata, ou encore l'ancien ministre des Finances de l'Indonésie Mulyani Indrawati.

Ce tableau est extrait de l'intervention de Yan Giron au séminaire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)  "espaces fluides / espaces solides" organisé par Laurent Henninger et André Brigot. Cliquer Ici pour accéder à l'intégralité de l'intervention de Yan Giron : "Les trusts caritatifs anglo-saxons comme instrument de pouvoir dans les espaces maritimes""Le monde a un besoin urgent de trouver de meilleurs moyens pour gérer les océans, de stopper la surexploitation de ses ressources précieuses et d'assurer la protection des générations actuelles et futures", estime José Manuel Figueres dans le communiqué.

 

L'ex-ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband a appelé à une nouvelle gouvernance pour la gestion des océans, allant au-delà de la convention de l'ONU sur le droit de la mer (Unclos en anglais), un texte de 1982 qui ne réglemente pas la pêche en haute mer.


« L'océan fournit de la nourriture à des milliards de personnes et génère de la richesse économique, de l'emploi et du commerce », a commenté l'ex-ministre britannique pour qui « une gouvernance adaptée produira à la fois des gains écologiques et économiques ».

 

La Commission rappelle que plus du tiers des stocks mondiaux de poissons sont surexploités alors que les océans sont aussi affectés par la pollution et le réchauffement climatique, notamment via l'acidification due à l'absorption du CO2 de l'atmosphère. Source : AFP

Il ne faut pas être dupe...


Il s'agit bien du contrôle de l'exploitation des ressources océaniques, minérales, pétrolières et autres dont il s'agit... Sous couvert de « surpêche »....

 

En effet, les zones océaniques de haute mer sont biologiquement comparables à des déserts.... Plus de 95% des ressources halieutiques se situent sur la frange côtière dans les ZEE (à l'intérieur des 200 milles nautiques)...

 

Cette Commission mondiale sur les océans est soutenue par les fondations Pew Charitable Trusts, Adessium et Oceans 5.

 

Philippe Favrelière

Références :  

(1) Extrait de la déclaration de François Hollande, sur la situation au Mali, à l'Onu, le 11 janvier 2013, cliquer Onu
(2) Carte : Les grandes régions fonctionnelles de l'océan. Les régions considérées comme oligotrophes (colorées en bleu foncé) sont des « déserts biologiques » pauvres en nutriments et à faible productivité... Georges B. Johnson, Jonathan B. Losos, Peter H. Raven - 2011 – Science

(3) La Commission Océan Mondial qui avait été lancée en février 2013 avec l'appui de PEW, a arrêté son travail avec la publication d'un rapport en février 2016 : "The future of our ocean : Next steps and priorities"
(4) Le Marin : La Commission Océan Mondial veut bannir la pêche en Haute Mer

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. Magazines
  2. Communiqués
  3. Plus lus
CONTACTEZ-NOUS

QUOI DE VERT, le Magazine du Développement Durable
Edité par African Résilience Communication (ARC)


Adresse : Cité APECSY 1 LOT N°222 –NORD FOIRE

TEL : 77 682 18 48 / 77 646 77 49 /77 614 05 04 /76 013 33 54

Email : redaction@quoidevert.com ; quoidevert@gmail.com